Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 décembre 2006

Sochaux-OM : Historique


Depuis 1932, il y a 48 confrontations entre Sochaux et l'OM. Marseille s'est imposé 11 fois en terre sochalienne pour 14 nuls et 23 défaites. La différence de buts est largement en faveur des "Lionceaux" avec 90 buts inscrits par Sochaux contre 44 pour l'OM. L'an passé, en gagnant 1-0, les Olympiens avaient stoppé une série noire (4 défaites, 3 nuls) qui durait depuis 1992...


Les 10 derniers résultats
2005-2006 : Sochaux 0-1 OM
2004-2005 : Sochaux 2-0 OM
2003-2004 : Sochaux 2-1 OM
2002-2003 : Sochaux 3-0 OM
2001-2002 : Sochaux 3-0 OM
1998-1999 : Sochaux 0-0 OM
1993-1994 : Sochaux 1-1 OM
1992-1993 : Sochaux 2-2 OM
1991-1992 : Sochaux 2-3 OM
1990-1991 : Sochaux 2-1 OM

Historique Sochaux-OM

48 matchs joués :
- Victoire OM : 11 (dernière victoire : 05-06 OM bat Sochaux 0-1)
- Nuls : 14 (dernier match nul : 98-99 OM et VA 1-1)
- Défaite : 23 (dernière défaite : 04-05 Sochaux bat OM 2-0)

Buts marqués par l’OM : 44
Buts encaissés par l’OM : 90

14:25 | Lien permanent | Tags : Division 1

dimanche, 26 novembre 2006

A. Emon : "On doit en faire beaucoup plus"

Satisfait du point du match nul et de la réaction de ses joueurs en seconde période, Albert Emon aurait aimé voir son équipe jouer de la sorte durant l’intégralité du match.

Les Olympiens n’avaient plus ramené le moindre point d’un déplacement depuis le voyage en terre lensoise de la mi-octobre. Samedi, en fin d’après-midi les hommes d’Albert Emon sont revenus de l’Aube avec le point du match nul. Un bagage acquis dans la douleur et au prix d’une belle réaction en seconde période.
«A la mi-temps, on peut être mené 3-0 et dans ce cas, il n’y a pas de discussion à avoir. Il y a beaucoup de choses qui n’ont pas fonctionné en première période. Il est possible que l’équipe soit perturbée et pas complètement en confiance. Je n’accable pas les joueurs car je sais que cela peut arriver, même aux grandes équipes. Si on rentre bien dans le match, c’est bien, sinon on souffre».
En effet, les initiatives marseillaises n’ont pas effacer les occasions troyennes. L’équipe de Jean-Marc Furlan s’est montrée dangereuse à plus d’une reprise, par David Gigliotti tout d’abord, puis par Yohann Lachuer ou encore Benjamin Nivet. Menant après le premier quart d’heure, Troyes a poursuivi son travail malgré la mise ne place tactique d’Albert Emon. «L’organisation permettait la possibilité d’avoir le ballon mais il n’y avait pas assez d’agressivité offensive. L’équipe doit être plus entreprenante. Contre n’importe quelle équipe, même à l’extérieur, si on a la possibilité de faire mal d’entrer, il ne faut pas se priver».

En seconde période, l’OM  présentait, dès les premières secondes, un visage totalement différent. «J’ai vu des joueurs plus présents collectivement avec beaucoup de communication. On sentait qu’ils se parlaient, ils pressaient et courraient ensemble, se réjouit l’entraîneur marseillais, c’était un collectif qui travaillait. Là, on devient performant car il y a des idées soutenues par tout le monde et c’est intéressant». Et fort logiquement, les joueurs marseillais ont égalisé par l’intermédiaire de Toifilou Maoulida.
Après son but, l’attaquant phocéen a laissé éclater sa joie. La hargne et la rage de vaincre ont vite pris le dessus faisant au passage une victime : un panneau publicitaire. C’est aussi un geste de nervosité qui a valu à Mickaël Pagis de prendre un carton rouge. Des réactions qui auraient pu coûter cher à l’OM… «Toifilou Maoulida ne joue pas souvent, Mickaël Pagis est énervé car il réussit des gestes mais les Troyens le stoppent en faisant des fautes qui ne sont pas tellement sanctionnées, explique Albert Emon, c’est un tout, il y a aussi la façon dont on joue. Il n’y a pas assez de mouvement et peu de solution. Le joueur est presque livré à lui-même et la nervosité prend le dessus sur la motivation».

Avec ce match nul qui succède à la victoire contre Valenciennes, les Marseillais ont débuté la série dont ils parlaient en début de semaine. Pour la poursuivre, il faudra entrer sur la pelouse du stade Bonal de Sochaux (où Mickaël Pagis sera suspendu) avec les mêmes intentions et la même envie qu’en seconde période à Troyes. «Il faut être plus performant que ce soit sur la durée, le contenu ou les intentions, analyse le technicien olympien, on ramène un match nul mais on ne doit pas avoir la prétention de dire que l’on pouvait gagner. Je pense que l’on doit en faire beaucoup plus pour rivaliser avec les six ou sept équipes du haut de tableau».

21:31 | Lien permanent | Tags : Division 1

vendredi, 24 novembre 2006

Ribéry : "Au mercato je reste à l'OM !"

Dans une long entretien accordé à France-Football (malgré les conseils de son agent de ne pas le faire) ce vendredi, Franck Ribéry fait le tour de son actualité. Au cours de celui-ci il confirme qu'il ne quittera pas l'OM cet hiver et assure qu'il ne pense pas à un départ à Arsenal : "C'est mon agent qui parle d'Arsenal. Moi quand j'aurais décidé de quitter Marseille, ce sera ma décision. Je le répète Ribéry ne quittera pas l'OM au mercato" a déclaré le milieu de terrain international.

19:15 | Lien permanent | Tags : Division 1

OM : Cana incertain

Après quatre défaites consécutives, l'Olympique de Marseille a relevé la tête le week-end dernier contre Valenciennes (1-0). Les joueurs d'Albert Emon vont devoir confirmer à l'extérieur, sur la pelouse de Troyes samedi (17h15, 15e journée).
 

Si Cana a purgé sa suspension, il n'est pas assuré de tenir sa place. Le milieu de terrain marseillais a souffert cette semaine d'une «petite bronchite» qui n'a pas inquiété outre mesure son entraîneur, qui «compte sur lui». Ribéry, victime d'une pubalgie à durée indéterminée, sera lui encore forfait.

Du côté de Troyes, à l'exception de l'attaquant Marek Saganowski, à l'arrêt une dizaine de jours pour un début de pubalgie, et du troisième gardien Kevin Grau, indisponible pour la même durée, en raison d'une entorse à une épaule contractée devant Monaco, l'entraîneur Jean-Marc Furlan pourra compter sur un groupe élargi. Près de 17.000 places ont déjà été vendues à Troyes, où Blaise Kouassi, de retour de suspension, retrouvera sa place en défense centrale aux côtés d'Ibrahima Faye. Le défenseur Grégory Paisley, ménagé en début de semaine en raison d'une pointe aux ischio-jambiers, a repris l'entraînement sans difficulté vendredi. Au milieu de terrain, l'entraîneur troyen aura le choix entre plusieurs formules, avec le retour en forme de Gaël Danic et l'intégration de l'ancien Lensois Jonathan Lacourt, tandis qu'il devrait renouveler sa confiance en attaque à David Gigliotti.
 

12:11 | Lien permanent | Tags : Division 1