Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« lun. 14 mai - dim. 20 mai | Page d'accueil | lun. 04 juin - dim. 10 juin »

vendredi, 01 juin 2007

Rivalité OM/PSG chez les Faty

Dans la famille Faty, il y a Jacques, néo-olympien et supporter de l’OM depuis toujours, et Ricardo, joueur de l’AS Roma et fan du PSG. Interrogé sur le sujet, le nouveau défenseur de l’OM a fait part de cette rivalité familiale ce vendredi matin en conférence de presse. «Mon petit frère et mes oncles sont supporters du PSG. Alors, lors des classico, il y a grosse rivalité dans la famille. Lors des matches entre l’OM et le PSG, on se retrouvait parfois  à la maison et c’était assez drôle» a-t-il confié.

18:10 | Lien permanent

Pape Diouf : «Trouver un équilibre parfait»

Les départs, les arrivées, les priorités du club, le Président olympien a fait un inventaire du mercato à venir devant la presse lors de la présentation officielle de Jacques Faty et de Vincent Gragnic.

LES OBJECTIFS DU MERCATO

Des postes prioritaires ?
Il va y avoir évidemment des mouvements avec des départs et des arrivées. Mais on ne peut pas parler d’un chantier plutôt qu’un autre. Ce qui convient de faire, c’est de trouver un équilibre parfait. L’efficacité défensive d’une équipe relève d’abord d’un collectif. On ne peut pas mettre à l’index un secteur plutôt qu’un autre. Ce que nous recherchons, c’est parvenir à cet équilibre qui concernerait toute l’équipe. Par exemple, Jacques Faty entre dans notre politique d’étoffer l’effectif en vue des compétitions prochaines qui seront multiples. Car même si l’ossature dure de l’effectif sera maintenue, il sera bon d’y ajouter d’autres valeurs et l’enrôlement de Jacques se fait dans cette perspective.  

Des départs ?
Nous avons la chance d’avoir des joueurs de qualité qui sont visés par des clubs. Certains de ces clubs nous appellent et quand il s’agit de garçons que nous souhaitons garder vivement, nous répondons simplement non. N’oublions pas que l’objectif est de garder une ossature et on ne doit pas simplement répondre à l’appel des sirènes financières. Nous devons rester cohérents avec nous-mêmes pour mettre en place une équipe compétitive et conquérante. Ce n’est pas en nous dépossédant de nos bijoux de famille que l’on pourra y arriver. (…)
Je ne connais pas de joueurs intransférables. Tous les joueurs sont transférables. En revanche, il faut la volonté du club pour que le transfert soit effectif. On ne subira aucune pression extérieure et on ne perdra aucun bras de fer contre qui que ce soit. On ne nous imposera pas un départ. Pour qu’un transfert soit effectif, il faudra qu’il soit en accord absolu avec le club. On ne peut pas amener un club à transférer contre sa volonté.  

18:09 | Lien permanent

Accord de principe pour la prolongation de trois ans de Lorik Cana

Un accord de principe a été trouvé entre l’Olympique de Marseille et Lorik Cana pour une prolongation de trois ans du contrat du milieu de terrain albanais. A l’issue des classiques démarches administratives, il sera donc lié avec l’OM jusqu’en 2012.

18:07 | Lien permanent

Liverpool : Cissé veut faire baisser son prix !

Rafael Benitez le coach de Liverpool ne compte pas sur Djibril Cisse la saison prochaine. Le coach espagnol espère que l'OM pourra acheter le joueur.

L'option d'achat que dispose l'OM sur Djibril Cissé est de 12 millions . Une somme assez élevée pour les finances du club français. Pape Diouf devrait rencontrer ces jours prochains Rick Parry sont homologue de Liverpool pour tenter de trouver un bon compromis. En attendant, Djibril Cissé qui a réaffirmé hier en conférence de presse vouloir rester à l'OM espère que les deux clubs parviendront à un accord. Selon le tabloïd anglais Daily Star le joueur aurait lui-même appelé Rafael Benitez pour lui demander de baisser le prix de vente afin qu'il puisse rester Marseillais la saison prochaine et surtout de savoir les véritables intentions du coach espagnol à son encontre.

15:06 | Lien permanent

P.Diouf: "On ne cherche pas un numéro 1"

Dans le cadre de la présentation de Jacques Faty et de Vincent Gragnic qui a eu lieu ce vendredi matin à la Commanderie, Pape Diouf a répondu aux questions des journalistes sur le mercato olympien. Il a notamment fait savoir que l'OM "ne cherche pas de gardien numéro 1". "On a déjà un numéro 1 mais il faut étoffer" a-t-il ajouté.

15:04 | Lien permanent

Les comptes de l'OM version 2006-2007 seront dans le vert !

Régulièrement inquiétés par la DNCG lors de la dernière décennie, l’Olympique de Marseille, et plus précisément ses dirigeants, son staff et ses supporters se préparent à connaître leur premier exercice comptable positif depuis de nombreuses années.

Thierry De La Brosse, directeur général du club, explique en effet dans l'Equipe que le club devrait dégager un bénéfice de 16 millions d’euros pour la saison à venir : « le budget prévisionnel prévoit de passer de 76 millions d’euros en 2006-2007 à 92 millions d’euros et de dégager un bénéfice de 16 millions d’euros, ce à effectif constant, soit sans prendre en compte les arrivées et les départs de joueurs. C'est-à-dire que, pour la première fois depuis longtemps, le club devrait être en positif, car, sans les recettes de la Ligue des Champions, nous serions tout de même à l’équilibre. »
Selon lui, cette bonification des finances marseillaises est le résultat de plusieurs éléments : « cette amélioration des comptes s’explique par la prise de conscience globale au club afin de respecter les cadres budgétaires. Nous disposons d’un service de contrôle de gestion rigoureux. Il convient de relever également le bon chiffre d’affaires en publicité et marketing, qui est de 21 millions d’euros. En ce qui concerne le merchandising, le chiffre d’affaire est de 10 millions d’euros. Depuis la réintégration au club du merchandising, à charges égales, nous dégageons plus de 20% d’excédents par rapport au système précédent. »
Il profite également de l’occasion pour féliciter Pape Diouf et José Anigo pour leur travail respectif au sein du club : « l’amélioration de la gestion est également très sensible grâce au secteur sportif. Car la qualité de la formation et la politique de recrutement ces dernières années ont permis de constituer un actif joueur conséquent. L’OM dispose en effet, avec Ribéry, Nasri, Taiwo, Cana et Niang, d’un portefeuille de joueurs dont la valeur minimale atteint les 60 millions d’euros. C’est dire que leur départ éventuel serait de nature à dégager une forte plus-value, surtout en ce qui concerne Ribéry, qui n’a rien couté, Nasri, formé au club, et Taiwo, au faible coût (450 000 euros). »
Espérons que l’argent ainsi dégagé sera utilisé à bon escient afin de permettre au club de poursuivre sa progression en conservant Djibril Cissé et Franck Ribéry.

13:25 | Lien permanent

Faty : "Envie de me surpasser"

Jacques Faty le défenseur de Rennes transféré à Marseille est plein d'ambition et espère repondre aux attentes de son nouveau club.

En fin de contrat à Rennes, Jacques Faty avait choisi de ne pas renouveler son contrat malgré une proposition du club breton. Il arrive donc à Marseille où il devrait être présenté aujourd'hui à la presse. Le joueur ne cache pas ses ambitions : "J'ai choisi l'OM car le challenge était le plus intéressant. Le club de foot le plus populaire, celui où tous les joueurs ont vraiment envie de jouer c'est l'OM. Cette saison va déterminer ma capacité à jouer le très haut niveau. J'ai toujours eu confiance en moi. On m'a prévenu de ce que c'était Marseille, comment était l'ambiance. Ca ne me fait pas peur, au contraire ça me motive. Je viens d'une banlieue populaire, j'ai envie de me surpasser" a déclaré le néo-Marseillais dans les colonnes de l'Equipe.

13:23 | Lien permanent

jeudi, 31 mai 2007

Un Chablis pour Maoulida ?

Toifilou Maoulida l'attaquant de l'OM hésite sur son avenir. Le joueur est en tout cas suivi par Auxerre où travail un certain Jean Fernandez.

medium_2976.6.jpgUne nouvelle fois Jean Fernandez va-t-il relancer Toifilou Maoulida ? En tout cas l'entraineur bourguignon qui avait fait venir l'ancien Monégasque à l'OM lorsqu'il en était l'entraineur la saison dernière s'intéresse de nouveau au joueur marseillais selon le quotidien La Provence : "Il appartient à une liste de joueurs qui nous intéressent. Maintenant il faut connaître sa décision. Est-il prêt à quitter l'OM ?" déclare une source proche du dossier. Auteur de 10 buts cette saison, le joueur olympien n'a pas eu le rendement espéré après la promesse de ses six premiers mois passés à l'OM de janvier à juin 2006.

19:13 | Lien permanent

Albert Emon, «le cœur à fond pour ce club et cette équipe»

invité d’OMtv lors d’une émission spéciale tournée à Marrakech, l’entraîneur olympien revient sur une saison «forte en émotions» et indique comment il aborde l’année prochaine. «Il faudra gommer le manque de maturité qu’on a eu par moment et à partir de là on sera encore meilleur» dit-il.

On a l’impression que, même dans les moments difficiles, vous n’avez jamais douté de votre groupe ou de vous-même. Est-ce que c’était une façade ou est-ce que vous avez toujours eu confiance en cette équipe ?
Heureusement que l’on est bien entouré. Les joueurs, chaque fois qu’il y avait un semblant de laisser aller, venaient aux entraînements avec de la joie et du plaisir. Cela me redonnait du courage. On n’a jamais failli complètement, on a toujours su redresser la tête quand il le fallait.

L’OM a toujours cru en son potentiel…
Dans l’année on a toujours été proche de la deuxième ou de la troisième place. Puis on retombait un petit peu. Mais on a toujours pensé que l’on avait le potentiel, le jeu et les joueurs pour ça et qu’à un moment donné cela allait payer. On n’a pas toujours eu de la chance, mais on a cru en notre potentiel, dans le jeu individuel et collectif. Après, il y a eu ce malheureux match pour la coupe de France, qui a été dramatique pour les Marseillais, parce que cela aurait amené un trophée à l’OM. Je pense que cette deuxième place est tellement importante pour le club et pour la suite des évènements que l’on va essayer d’oublier cette déception et penser que ce  championnat reste une bonne saison.

Le match à Lyon a-t-il été le plus pénible ? La presse annonçait votre départ en cas de mauvais résultat...
Quand je vois tout ce qui se passe en cette fin de saison, où de nombreux entraîneurs veulent changer de club, je trouve que cela permet aux présidents de penser qu’un entraîneur n’est pas important puisque eux-mêmes se déchargent de leurs possibilités de rester dans un club où ils sont bien, en fonction des ambitions. Cela donne un pouvoir aux dirigeants pour changer d’entraîneurs quand ils veulent. Le grand mérite de Pape (Diouf) et José (Anigo), c’est d’avoir fait confiance à des gens qui ont travaillé pour le club. On leur a rendu cette confiance avec cette deuxième place.

Comment expliquez-vous le fait que l’OM ait réussi à gagner contre les « grosses écuries » à l’extérieur cette saison, notamment au Parc des Princes face au PSG (1-3) ?
L’équipe avait une année de plus, par rapport à la saison passée où cela nous faisait défaut. Je pense qu’on a pris des options pour gagner tout le temps. On n’a pas toujours réussi ce que l’on voulait faire à l’extérieur. Mais on l’a fait à domicile, grâce au public notamment.

Marseille termine meilleure équipe de Ligue 1 à domicile. Est-ce la clef de la réussite de l’OM cette saison ?
On se doit, vis-à-vis de notre public, d’être performant à domicile. Même si on est malmené, on doit se révolter pour renverser la vapeur. On a toujours eu le même jeu que ce soit à l’extérieur ou à domicile, même si c’était plus facile de matérialiser nos ambitions au Vélodrome. On s’est toujours crée pas mal d’occasions et on a marqué beaucoup de buts. A l’extérieur, on aurait pu mieux faire.

Les supporters m’ont donné un peu de baume au cœur en me disant « ce n’est pas grave, la Ligue des Champions est là, on efface pas mal de choses »

Comment avez-vous vécu ce match à St Etienne ? Y a-t-il eu une émotion particulière ?
Oui, certainement. Pour nous, on pensait qu’un point c’était bien car il nous restait un match à domicile. Les trois points c’était mieux car on pensait qu’une des deux équipes pouvait faire un faux pas. Finalement, on est allé chercher cette victoire avec beaucoup de volonté et de qualité dans le jeu. Ce qu’on ressent sur le banc, c’est ce qu’on ressent toute l’année. Durant toute la saison, le cœur a été à fond pour ce club et cette équipe.

 

 

A la fin de la rencontre à Geoffroy Guichard, qu’est-ce que vous avez ressenti lorsque vous avez été acclamé par les supporters ?
Beaucoup d’émotions, par rapport à cette finale perdue, où j’assume toutes mes responsabilités sur ce match-là. On ne peut pas dire qu’ils vont l’oublier de suite, mais ils m’ont donné un peu de baume au cœur en me disant « ce n’est pas grave, la Ligue des Champions est là, on efface pas mal de choses ».

Qu’a apporté l’arrivée de Djibril Cissé ?
Djbril a apporté sa personnalité. Julien (Rodriguez) a apporté aussi, au niveau d’une certaine sérénité défensive. Tout le monde a eu, à un moment donné, un mot pour permettre aux autres de ne pas baisser la tête. La gestion des joueurs a été bonne. Quand Djibril a connu des moments difficiles, il fallait le relancer, le remettre sur le devant de la scène car c’est un joueur talentueux. Quand on l’a sorti pour qu’il récupère un peu, je pense qu’il l’a très bien compris.

Je souhaite qu'il y ait toujours ce professionnalisme qui fait que moi j’avance avec eux et qu’eux avancent avec moi

Quel est votre avis sur les deux premières recrues de l’OM, Vincent Gragnic et Jacques Faty ?
Il faut un effectif important pour l’OM. L’année prochaine, il y aura des compétitions encore plus importantes que cette année. Il faut minimum deux joueurs à chaque poste. Ce sera difficile pour certains, car il y en a qui ne joueront pas, mais cela fait partie de leur métier. Il faut des joueurs qui connaissent le football français car ce serait dommage qu’il y ait un temps d’adaptation. Les joueurs qui évoluent en France sont conscients de la difficulté de notre championnat.

Les supporters de l’OM espèrent déjà titiller Lyon la saison prochaine. Que pouvez-vous leur dire là-dessus ?
On peut toujours imaginer faire mieux que ce qu’on a fait cette année. Mais on ne peut pas le prévoir. Il faudra gommer le manque de maturité qu’on a eu par moment et à partir de là on sera encore meilleur. Mais peut être que Lyon le sera aussi.

Est-ce que l’OM gardera cet esprit offensif la saison prochaine, que ce soit en championnat ou en Ligue des Champions ?
On est obligé. Pour être en tête, il faut marquer beaucoup de buts et en prendre peu. C’est cet équilibre là qu’il faut trouver.

Que pouvons-nous vous souhaiter pour l’année prochaine ?
Le football est un métier extraordinaire. Cette année a été une saison forte en émotion et la seule chose que je souhaite c’est qu’il y ait toujours cette entente cordiale avec les joueurs. Pas de l’amitié, ni de la camaraderie, mais du professionnalisme qui fait que moi j’avance avec eux et qu’eux avancent avec moi.

19:12 | Lien permanent

Djibril Cissé « Se faire siffler, c’est lourd »



Djibril Cissé est revenu sur la période où le public marseillais l’avait pris en grippe. Il prévient qu’il ne faudrait pas que cela recommence même si cela n’a pas entamé son amour du maillot. 
medium_MARSEILLE_CISSE_310507.jpg

Djibril Cissé, quels moments retenez-vous de cette saison ?
Les derniers mois ! Je préfère retenir la période où ça a tourné. 

Est-ce une revanche ?
Non, même pas. J’ai juste fait ce que je devais faire. J’ai passé des moments difficiles mais cela s’est bien fini heureusement.

Des gens vous ont-ils aidé à surmonter les difficultés ?
Oui, j’ai eu beaucoup de soutien de la part de mes amis, de mes proches et de ma famille. Cela aide.

Avez-vous été sensible au fait que Raymond Domenech vous fasse confiance dans cette période trouble, notamment contre l’Autriche ?
Je suis très sensible à cela. Il est important de savoir qu’il me fait confiance. Ça m’a aidé à repartir. Le fait de ne pas être sélectionné à ce moment m’aurait encore plus enfoncé.

Vous avez su faire preuve de beaucoup de qualités mentales cette saison. Est-ce que cela a toujours été le cas ?
Oui, tout le temps. J’ai toujours eu un désir de réussir et de montrer aux gens que je sais jouer au football et notamment marquer des buts. J’ai eu des moments difficiles dans ma vie et il a fallu s’accrocher.

Jamais vous ne doutez ?
A partir du moment où tu te mets à douter, je ne pense pas que tu puisses faire ce que j’ai fait. Non, je n’ai jamais douté. Je suis devenu imperméable.

Etiez-vous découragé ?
Non, jamais.

Fâché alors ?
Fâché oui ! Enervé, agacé !

« Ce qui m’a dérangé le plus, c’est le comportement des gens »

Qu’est-ce qui vous a fâché le plus ?
Ce qui m’a dérangé le plus, c’est le comportement des gens. Du jour au lendemain, je me suis fait siffler. Et du jour au lendemain, on a scandé mon nom. Alors qu’en une semaine, il n’y avait rien eu de différent. C’est ce que je ne comprenais pas et ce que je ne comprends pas encore aujourd’hui.

Dans vos gestes après vos buts désormais, on sent de la rage….
Forcément oui. J’étais tellement énervé et déçu qu’il fallait que je leur montre. Et que je me montre également que j’étais au niveau.

Est-ce qu’aujourd’hui, vos relations avec le public du Vélodrome peuvent peser dans le choix concernant votre avenir ?
Oui, j’y pense. Cela peut jouer. Mais ce n’est pas tout le public non plus. Mais c’est vrai que se faire siffler comme cela, je n’ai plus trop envie que cela arrive. Donc on y réfléchit.

Vous saviez quand même que le public marseillais était difficile avant d’arriver…
Oui mais pas à ce point.

Quand on sait que Michel Platini a été sifflé sous le maillot de l’équipe de France, est-ce qu’on ne relativise pas un peu également ?
C’est ce qu’on m’a dit à Marseille. Soit disant tous les grands attaquants ont été sifflés. Je ne sais pas comment le prendre. Bien ou… Je ne sais pas. Mais je vous dis, cela ne me touche plus maintenant.

« Je pense que partir serait peut-être une connerie »

Qu’est-ce qui vous a le plus touché ? Les sifflets sous le maillot des Bleus ou bien les sifflets du public marseillais ?
Plus ceux de mon public. Ça m’a vraiment fait mal. Après, au Stade de France, on peut comprendre. Il y a des supporters du PSG, il y a eu l’épisode avec Yepes… Ce n’est pas ce qui m’a dérangé le plus. Chez moi par contre, au Vélodrome, ça m’a fait chier.

Est-ce que vous pensez que la spécificité de votre jeu, avec beaucoup de prises de risques, justifie ce comportement du public ?
Peut-être, je ne sais pas. Mais au contraire, il devrait aimer et plus apprécier. Après, on peut me reprocher des choses mais de là à se faire siffler comme ça… (Il souffle) C’est lourd ! Mais je le vis bien maintenant et ça ne me tuera pas.

Malgré les sifflets, avez-vous toujours cet amour du maillot ?
J’aime toujours l’OM et Marseille. Ce n’est pas quelques sifflets qui vont faire que je ne vais plus aimer le club. Mais il est clair qu’il ne faudrait plus que cela arrive.

Et si cela arrive encore ?
Je n’aurai peut-être pas le même calme.

Vous claquerez la porte ?
Tout dépend comment cela se passe. Si c’est la même chose, il y aura quelque chose à faire. Je ne pense pas mériter ça.

Voulez-vous rester à Marseille ?
Je pense que partir serait peut-être une connerie. Mais il faut s’asseoir, discuter et voir ce qu’ils (ndlr : les dirigeants de l’OM) comptent faire la saison prochaine notamment au niveau du recrutement.










16:44 | Lien permanent

All the posts