Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 mai 2007

P. Diouf : «On a manqué de caractère»

Forcément amer, le Président olympien est revenu à chaud sur la finale perdue lors du direct d'après match d'OMtv. "C’est très difficile de trouver des explications plausibles" dit-il.

Comment expliquez-vous cette défaite en finale ?
C’est très difficile de trouver des explications plausibles. Nous sommes passés à un moment donné, à côté de notre match. On mène deux fois, tout était en place pour qu’on puisse assurer la victoire finale, puis il y a ces moments de déconcentration qui ont fait que Sochaux a égalisé. Puis, il y a cette séance de tirs aux buts où l’on n’a pas excellé ce soir, malheureusement. On n’a pas quadrillé le terrain comme on aurait dû le faire. En première mi-temps, en dépit de notre avance, on a vu des boulevards se créer dans l’axe de notre but. Après le second but, on a manqué de caractère, celui que nous avions lors des derniers matches, cette volonté d’aller chercher au fond de soi. Cela aurait été pour l’OM et pour Marseille une victoire importante.

Est-ce physiquement que l’OM a eu le plus de mal dans cette finale ?
On a eu l’impression qu’il nous a manqué du répondant physique. Même si Sochaux a bénéficié d’un peu plus de repos, ce n’est pas l’explication de notre défaite. Je crois que c’est au niveau mental que nous avons pêché. En finale de la coupe de France, quand on mène 2-1 dans les prolongations… Je crois qu’après il n’y a plus de critère tactique, ni physique. La seule chose qui peut amener l’équipe à la victoire, c’est le mental. Et ce soir, il nous a manqué ce mental.

Est-ce que cette défaite peut avoir des répercussions au niveau mental et physique sur le groupe, notamment lors du déplacement à St Etienne en championnat, samedi prochain ?
On peut tout redouter au soir d’une défaite comme celle-là. Il est très difficile de savoir comment cela va se passer. Notre rôle de dirigeant est de ne pas sombrer dans le pessimisme. Nous avons connu quelques matches très intéressants, ces dernières semaines. Nous sommes à la deuxième place, nous avons encore notre destin entre nos mains. Si nous abordons les deux derniers matches dans de bonnes dispositions, nous pouvons aller au bout. C’est vrai que la Coupe nous aurait beaucoup aidé, mais il faut savoir tourner la page, et aborder le match de St Etienne avec un autre état d’esprit. L’objectif initial du club est toujours réalisable, c'est-à-dire la qualification en Ligue des Champions.

22:29 | Lien permanent