Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 26 avril 2007

Mickaël Pagis : "Remettre les mêmes ingrédients"

Contre les Doubistes, Mickaël Pagis souhaite «d’abord faire la différence au Vélodrome», avant de penser à la finale. Et pour cela, l’attaquant phocéen recommande de «remettre les mêmes ingrédients» présents lors des dernières victoires au Vélodrome.

 
Avant d’évoquer une double confrontation décisive contre Sochaux, Mickaël Pagis insiste : «il faut continuer sur notre lancée. Nous avons fait de bons matches. Ils nous ont permis de nous relancer au niveau des objectifs que l’on s’était fixé. On se doit de continuer face à un concurrent direct».
Ce match contre l’équipe d’Alain Perrin présente deux enjeux. «Je pense que celui qui sortira vainqueur de ce match prendra un ascendant psychologique, conçoit le Marseillais. En vue de la Coupe de France, mais également pour la suite du championnat». Attention toutefois : «celui qui gagnera ce week-end, ne gagnera pas forcement la coupe. Mais nous devons d’abord faire la différence devant notre public», concède l’ex-buteur doubiste.
Après la fructueuse semaine olympienne, avec le nul obtenu sur la pelouse de Valenciennes, la victoire en demi finale de la Coupe de France contre Nantes, et celle acquise aux forceps contre Troyes, les phocéens ne doivent surtout pas donner du mou car rien n’est encore acquis et tout reste à faire. «Deux matches de suite à domicile, ce n’est jamais évident. Il faudra surtout faire attention à l’excès de facilité et remettre les mêmes ingrédients que nous avons mis lors de nos dernières victoires au Vélodrome», averti l’attaquant ciel et blanc.
Et si cette rencontre contre Sochaux a, pour lui, un goût savoureux, c’est parce qu’il a joué pendant trois ans et demi dans le Doubs. «C’est toujours particulier de rejouer contre son ancien club. Surtout les premières rencontres qui suivent le départ d’une équipe. Aujourd’hui j’ai effectué plusieurs saisons ailleurs, mais Sochaux reste pour moi très important, reconnaît le numéro dix de l’OM. C’est le club qui a permis mon éclosion au plus haut niveau,  j’y ai passé de superbes moments. J’ai gardé de très bons contacts avec des gens en place. Cette équipe me tient à cœur, tout comme il me tient à cœur de les battre».
«Une tache compliquée mais pas insurmontable», selon le natif d’Angers, contre des Sochaliens qui ne jouent pas les places d’honneur par hasard. «Ils ont en tête de revivre ce qu’ils avaient vécu quelques années auparavant. A savoir, être dans le haut du classement et de rejouer la coupe d’Europe. C’est une équipe bien huilée. Ils sont costauds derrière. Devant, ils ont pas mal de monde. Cela leur permet d’avoir plusieurs possibilités. Il faudra se méfier», analyse Mickaël Pagis.
M. PAGIS : "Les belles performances de Richert ne datent pas d’aujourd’hui"
L’équipe a beaucoup changé depuis son passage. Mais certains visages chez les Lionceaux lui restent très familiers : "Teddy (Richert) est un gardien dont on parle un peu plus ces derniers temps. On s’est rendu compte qu’il était très régulier et qu’il faisait de belles performances. Mais cela ne date pas d’aujourd’hui. Il faudra également se méfier de Mickaël (Isabey). Il a un peu moins joué cette année. Mais à chaque fois que l’on a fait appel à lui, il a été percutant et décisif», alerte le bien nommé «pagistral», sans oublier le reste de la meute : « Il y a des joueurs d’un bon niveau comme (Karim) Ziani ou (Jérôme) Leroy, qui a d’ailleurs joué ici".

18:01 | Lien permanent