Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 22 avril 2007

OM 2-1 Troyes : Au finish !

Egalisés à la 80e minute, les Olympiens, qui menaient jusque-là 1-0 par Cissé, sont sortis vainqueurs de la rencontre grâce à un but de Modeste M’Bami à la 86e ! Une victoire qui les monte à la 4e place de Ligue 1.

OM 2-1 TROYES

1-0 Cissé (56e)
1-1 Jaziri (79e)
2-1 M'Bami (86e)

Cette victoire-là il fallait aller la chercher. Il fallait puiser dans les ressources. Et ce n’est sans doute pas un hasard si les deux buts marseillais de la soirée furent l’œuvre de deux joueurs qui avaient démarré la rencontre sur le banc. Preuve que la gagne est avant tout une affaire collective. Surtout avec la fatigue d’une demi-finale de Coupe de France seulement distante de 72 heures.
L’euphorie de la qualification apaisée, les Marseillais se sont replongés samedi avec une envie manifeste dans le championnat. Pressing d’ensemble, et percussions. Les intentions n’étaient pas équivoques. Tout comme sautait de nouveau aux yeux la dimension prise ces derniers mois par Samir Nasri. L’aisance du milieu de terrain fit tourner en bourrique plus d’un Troyen. Mais il manquait encore un petit quelque chose dans le dernier geste, que ce soit une passe ou un tir, chez les Phocéens pour que la décision soit faite avant le repos.
Et pourtant, il s’en fallut de peu. Avec un poteau et une barre qui s’additionnaient dans la même minute, sur deux corners successifs.
A la pause, on se disait que le barrage aubois allait bien finir par céder. Les 45 minutes suivantes confirmèrent cette intuition.

 

D’autant que l’entrée en jeu de Djibril Cissé dès la reprise s’avérait rapidement être un choix judicieux. Buteur une minute après avoir pénétré sur la pelouse contre Nantes, l’attaquant des Bleus ne mit guère plus de temps avant de faire la différence cette fois encore. Une dizaine de minutes s’étaient écoulées, quand à la réception d’un centre travaillé de Niang, Cissé s’éleva au deuxième poteau et plaça une tête imparable (1-0).
Le plus dur était-il fait ? Oui, si on gardait en mémoire la première période et ces contres marseillais où les Phocéens se retrouvaient malgré tout piégés dans les embouteillages défensifs mis en place par Furlan.

Non, si on considérait qu’il restait encore à se mettre à l’abri. Faute de l’avoir fait, malgré deux nouvelles tentatives de Cissé, dont une acrobatique et audacieuse, l’OM connut le désagrément d’être rejoint à moins d’un quart d’heure de la fin. Un but signé Zairi, qui bénéficia surtout du travail de Lachuer dont Carrasso n’avait pu que repousser la frappe (1-1).
La soirée, et du coup la semaine, pouvaient-elles s’achever sur pareille fausse note ? Modeste M’Bami d’un tir puissant (et dévié) aux 20 mètres apporta la réponse que le Vélodrome désirait (2-1). La délivrance méritée.
« Attaquer, attaquer, et encore attaquer ». Avant la rencontre, Albert Emon avait ainsi résumé le leitmotiv olympien. Message reçu chez ses hommes qui seront allés au bout d’eux-mêmes pour empocher trois points diablement importants. Ils replacent l’OM sur la quatrième marche du classement de Ligue 1. Seul Bordeaux, qui se déplace dimanche à St Etienne, peut la lui contester au terme de cette 33e journée.

00:07 | Lien permanent