Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 avril 2007

Albert Emon : "Faire rêver les supporters"

Plus motivé que jamais. C’est ainsi qu’Albert Emon s’est présenté à la presse, lundi matin avant de partir au vert. "On a la chance de jouer à la maison, devant 60.000 supporters. Il faut les faire rêver et leur faire à nouveau vivre une finale", déclare-t-il.

Lundi matin, les Olympiens se sont retrouvés au stade Vélodrome avant de partir au vert. Une mise au vert plus longue que d’habitude, qui se prolongera jusqu'à la réception de Troyes, samedi, en championnat. Mais pour l'heure, seule la Coupe et la venue de Nantes sont dans les esprits.. «Ce match est une priorité» martèle Albert Emon avant de monter dans le car qui emmène les 21 joueurs retenus et le staff dans un hôtel de la région aixoise.
Un tel événement nécessite plus de concentration, plus de motivation et de volonté que n’importe quel autre match. C’est la dernière étape avant la finale. «On doit saisir cette possibilité d’aller au stade de France» affirme le technicien marseillais. Comme l’an passé au même stade de la compétition, le hasard du tirage au sort a désigné l’OM comme hôte de cette demi-finale. Un avantage pour les Olympiens. «On a la chance de jouer à la maison, devant 60.000 supporters. Il faut les faire rêver et leur faire à nouveau vivre une finale».

En pénétrant sur la pelouse du stade Vélodrome, mercredi soir peu avant 21 heures, les 22 acteurs n’auront qu’un but en tête : la qualification pour la finale au Stade de France. Et l’envie sera probablement plus forte chez les Marseillais qui ont déjà vécu ce grand moment l’an passé. «L’échec serait terrible. D’ailleurs on n’y pense pas. On doit gagner avec nos qualités et notre envie de vivre un grand moment».

Mais face aux hommes en blanc, se dressera probablement une forteresse jaune et verte bien décidée à oublier ses soucis et sa lutte pour le maintien en championnat. Pour les Nantais, cette coupe de France est une véritable bulle d’oxygène. Et même si la formation du duo N’Doram / Der Zakarian est distancée en Ligue 1, elle reste redoutable à affronter. «Nantes nous a pris quatre points cette saison (2-1 à Nantes et 0-0 à Marseille, ndlr). Donc on ne peut pas sous-estimer cette équipe. On a rencontré des difficultés pour les jouer à Nantes et même à domicile. Il faudra élever notre niveau de jeu pour les battre», prévient Albert Emon.

Appelés à la rescousse après Serge Le Dizet puis Georges Eo, Michel Der Zakarian et Japhet N’Doram ont eu pour mission, dès leur arrivée en février, de redonner aux Canaris un esprit conquérant et, ce qui a fait la gloire du club, le fameux «jeu à la nantaise». Ce que craint Albert Emon : «Nantes est une équipe faite d’individualités. Il faut donc faire en sorte que ce collectif ne se trouve pas parce qu’il y a en face des joueurs aux qualités individuelles intéressantes».

Vainqueur de la Coupe de France en 1999 et en 2000, les Nantais se verraient bien ajouter la ligne 2007 au palmarès du club. L’OM, finaliste malheureux l’an passé ainsi qu’en 1991 n’a plus gagné ce prestigieux trophée depuis 1989. La lutte pour accéder à la finale mercredi au stade Vélodrome s’annonce donc acharnée.

19:35 | Lien permanent