Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 avril 2007

Franck Ribéry est un «phénomène»

Après une blessure au pied qui l’a tenu éloigné des terrains durant plusieurs semaines, Franck Ribéry a repris la compétition de plus belle contre Lille. Il a épaté ses partenaires et régalé son entraîneur.

Un retour attendu et qui n’a pas déçu. Véritable dynamiteur du milieu de terrain, Franck Ribéry a illuminé le jeu par ses accélérations, ses dribbles et des décalages contre Lille. «Je suis allé le voir avant le match pour lui dire de s’économiser, de gérer ses efforts. Et dans les vingt premières minutes, il était déjà parti à 300 à l’heure» raconte Lorik Cana.
En effet, l’international marseillais n’a pas été avare d’efforts tout au long de la partie comme si sa blessure n’avait jamais existé. «C’est un phénomène ! C’est un des très rares joueurs à pouvoir faire ça car il est assez léger et il a du coffre au niveau physique, poursuit le capitaine olympien. Il a été impressionnant, revenir comme ça après plusieurs semaines d’absence, je sais que je ne pourrais pas le faire et il y a beaucoup de joueurs qui n’en seraient pas capables».
Du banc de touche, l’entraîneur olympien était lui aussi sous le charme. «Je ne voulais pas le sortir tellement je me régale de le voir jouer».
Fin février, Franck Ribéry s’était blessé au pied contre Toulouse avant donc de revenir dimanche dernier contre Lille après six semaines de soins et de convalescence. Son retour pourrait booster la fin de saison phocéenne dans un sprint final qui compte sept étapes avant la ligne d’arrivée, plus une ou deux échéances de Coupe de France. «Il a le même nombre d’entraînements qu’il avait fait après la Coupe du Monde. Quand il avait repris, il avait ensuite réalisé un mois et demi extraordinaire. Là, il a eu une blessure mais pas une Coupe du Monde dans les jambes. Et dans un mois et demi, c’est fini…», note l’entraîneur marseillais, sous-entendant que le milieu de terrain a toutes les chances de finir la compétition en boulet de canon. «Ce sera un de nos bonus et une force pour la fin de saison», se réjouit Lorik Cana.

11:53 | Lien permanent