Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 avril 2007

Albert Emon : «Il faut y croire»

Sur le plateau de «L’œil du coach», Albert Emon tire les enseignements du match de Lorient avant de tracer les grandes lignes de la fin de saison et notamment de la rencontre de dimanche face à Lille.

Lorient
Il y a eu des moments faibles, des moments forts et des moments très difficiles. Les joueurs les vivent profondément, passionnément et parfois ils les vivent mal car ils savent quand ils ne sont pas bons ou qu’ils sont passés à travers. Personnellement, je me remets en question en permanence à tous les niveaux, au niveau des entraînements, des discussions individuelles et collectives ou dans mes choix dans la composition d’équipe. Chacun a des responsabilités. La presse m’a critiqué, elle a également critiqué les joueurs mais je pense que c’est tout à fait normal. Je pense qu’après Lorient on ne peut pas nous épargner.

Il nous reste huit matches et je touche du bois, deux rencontres de coupe de France. Les joueurs ont besoin de confiance, ils doivent être en forme physiquement, ils ont besoin d’avoir un schéma tactique simple et efficace pour gagner des matches. On fera le bilan après, en fin de saison. L’objectif de début de saison est élevé. A huit journées de la fin, on se dit encore « pourquoi pas ? ». Il faut y croire. La presse n’y croit plus mais nous y croyons encore.

Le second but
C’est dramatique que cela puisse arriver. On met un joueur au premier poteau pour couper la trajectoire courte. Ce ballon n’aurait pas dû passer, un joueur aurait dû couvrir Le Pen. A 1-0, on avait de la hargne et de la combativité mais à 2-0, c’est plus difficile. Pourtant, on a poursuivi notre effort.

Les 20 dernières minutes
En première période, on n’a pas produit de jeu, on ne les a pas mis en difficulté et Lorient a beaucoup reculé en seconde période, ce qui nous a permis d’avoir des occasions. Il faut ensuite avoir cette hargne et cette volonté pour égaliser.

La défense centrale
Renato Civelli n’était pas dans un grand soir. Il a fait un bon match contre Nice et contre Lyon. Par contre, on n’a pas été assez en sécurité à ce niveau. Avec Bostjan Cesar, ils ne parlent pas la même langue mais ils se connaissent suffisamment pour faire de bons matches mais pas ce soir-là.

Le couloir droit
Ronals Zubar a les capacités de vitesse et d’adaptation. Il est polyvalent, il peut jouer au milieu, derrière ou arrière droit même se ce n’est pas sa meilleure place. Mais actuellement, c’est le seul, avec Hassoun Camara pour qui ce serait son premier match en L1, à pouvoir évoluer à ce poste. De son côté Garry Bocaly souffre d’une pubalgie. Il a recommencé à courir mais c’est trop tôt.

Samir Nasri
Contre Lorient, il n’avait peut-être pas les jambes et la fraîcheur nécessaires pour animer le jeu et accélérer. Il frappe au but mais il va falloir qu’il insiste encore plus.
C’est un vrai milieu de terrain créatif mais il doit avoir le jeu devant lui. Il lui faut des joueurs sur le côté qui font des appels ou même derrière lui car il a la qualité pour mettre les ballons où il faut.

La course à l’Europe
Nous devons être performants mais il faut aussi que nos adversaires, Bordeaux, Lille ou Sochaux perdent des matches. Ce sera très compliqué. Il faut avoir le mental de Paris en entrant sur le terrain du second. Paris s’est révolté et s’est imposé à Lens.

Lille, prochain adversaire
Ce sera un match très engagé. Il va falloir répondre présent physiquement et mentalement. Habib Beye sera absent, il doit se soigner. On a de petits bobos mais qui seront rétablis d’ici dimanche.
Mathieu Bodmer arrive à maturité. Il a plusieurs saisons de L1 avec Lille et de nombreux matches de coupe d’Europe. Il apporte de la création au niveau du jeu lillois. Il a beaucoup de cordes à son arc puisqu’il a déjà évolué à plusieurs postes.
On connaît les autres bons joueurs de Lille, c’est Keita, Odemwingie, Bastos, Fauvergue… Il y en a beaucoup.
Si on gagne, on passe devant Lille. Ce sera déjà un adversaire de plus derrière nous. A nous de ne pas nous faire rattraper et ensuite on verra où on en sera. Ce match va conditionner la fin du championnat. Il faut penser à Lille mais surtout à nous.

Le message aux supporters
Il y a eu du chaud et du froid. L’OM mérite d’être mieux classé, de faire de meilleurs résultats et également de faire des matches de haut niveau au niveau de l’engagement. On va peut-être vivre des jours meilleurs et faisons plaisir à nos supporters car ils le méritent.

22:32 | Lien permanent