Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 mars 2007

Renato Civelli : «Cédric Carrasso, Djibril ou moi, nous devons simplement marquer»

Titulaire en l’absence de Julien Rodriguez et buteur contre Nice, Renato Civelli fait preuve d’un état d’esprit conquérant. «Nous devons gagner pour confirmer» annonce-t-il avant Lorient.

Lorient est un match important, il faudra confirmer les deux bons résultats obtenus successivement contre Lyon et Nice…
C’est sûr, nous devons gagner pour confirmer. Tout le monde parle déjà du match contre Lille, mais nous devons d’abord gagner contre Lorient. On n’est qu’à deux points de la troisième place et la deuxième reste encore accessible. Mais attention car si nous passons au travers lors de ce match contre Lorient, nous pouvons peut-être finir dixièmes. C’est pourquoi nous devons vraiment l’emporter. Pour cela, nous devons continuer avec le même état d’esprit et le même jeu que lors des deux dernières rencontres. Je pense que si l’on continue comme ça, nous avons de vraies chances de bien terminer notre saison. Nous ne pouvons plus lâcher de points car nous en avons déjà laissé s’échapper beaucoup.

Si les attaquants ne marquent pas, vous pouvez toujours les remplacer ?
Non, je ne marque pas beaucoup de buts. Si je pouvais marquer tout le temps, ce serait super, mais ce n’est pas le cas. Le coach veut que je monte toujours sur les coups de pied arrêtés. Normalement je vais au premier poteau. Mais sur le but (face à Nice) on avait parlé avec Ronald (Zubar) pour changer un peu. Car, sinon le défenseur adverse te trouve facilement. Nous avons donc changé et le ballon est allé au second poteau et j’ai marqué. Mais, peut importe comment on doit marquer. Si c’est Carrasso, Djibril ou moi, nous devons marquer et que l’OM gagne, tout simplement.

Sur un point de vue personnel, vous rejouez. N’est-ce pas difficile au niveau du rythme ?
Cela fait trois matches que je joue comme titulaire. J’ai toujours gardé le rythme car je donne tout lors des entraînements. Ainsi, lorsque j’ai la possibilité de jouer, c’est beaucoup plus facile pour moi. J’ai toujours bien fait mon travail, après ce sont les choix du coach. Pendant les six derniers mois cela a été un peu plus dur, mais j’ai toujours fait mon travail. Je savais donc que je serai prêt au moment où on allait faire appel à moi.

23:55 | Lien permanent