Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 24 mars 2007

La conférence de presse de Pape Diouf

Après le refus de Robert Louis-Dreyfus d'accorder un nouveau délai à Jack Kachkar et l'interview que Pape Diouf a donné à OM.net jeudi soir, le Président olympien a livré des informations supplémentaires en conférence de presse ce vendredi.

 

Dans la soirée de jeudi, l’actionnaire majoritaire de l’OM, Robert Louis-Dreyfus, a refusé d’accorder un nouveau délai à Jack Kachkar dans le processus de vente du club. Dans la foulée, le Président Olympien, Pape Diouf,  «Depuis le début, Robert a dit qu’il avait deux conditions pour la vente se réalise. La première était que l’acheteur soit solvable pour payer la somme requise. Et la deuxième, essentielle à ses yeux, était qu’il soit en mesure d’assurer la pérennité du club. Sur ce deuxième point, Robert a très vivement souhaité une réponse, et celle-ci n’est pas venue» indiquait alors Pape Diouf.

LA CONFERENCE DE PRESSE DE PAPE DIOUF CE VENDREDI

Vendredi matin, au lendemain de la nouvelle, les journalistes étaient nombreux à la Commanderie afin d’en savoir plus sur l’événement de la veille. Pape Diouf s’est donc présenté dans la salle de presse du centre d’entraînement olympien. Voici les éléments qu’il a fournis.  

L’AVENIR

«Robert Louis-Dreyfus a toujours accepté l’idée qu’il pourrait conserver le club. Il n’a pas fait de la vente une affaire impérative à mener que ce soit avec Jack Kachkar ou avec quelqu’un d’autre. Je pense que les circonstances décideront de la future décision et de l’attitude de Robert Louis-Dreyfus. Pour l’heure, il est encore prématuré de penser qu’il soit là à attendre que se présentent des acheteurs potentiels. J’estime qu’il a démontré que certes, il souhaitait prendre un recul qu’il juge nécessaire par rapport à l’OM, mais dans des conditions idéales pour ce club. (…)
Il sera l’actionnaire majoritaire tant qu’il n’aura pas trouvé l’acquéreur qui répondra à ses caractéristiques. Robert Louis-Dreyfus a porté le club à bout de bras depuis 10 ans, il en a assuré la pérennité devant les institutions sportives et financières. Il a toujours su répondre présent lorsqu’il s’agissait pour le club de démontrer sa force financière et il n’en démordra pas. S’il refuse de céder le club parce que les conditions qu’il exige ne sont pas réunies, ce n’est pas le moment pour lui de tourner le dos à l’OM à un moment où il sait qu’il a encore besoin de lui.
Je crois que, si un jour la vente du club doit être faite, elle le sera dans des conditions très claires permettant au club de se développer, de continuer à vivre et de s’installer le plus rapidement et le plus durablement possible sur l’échiquier sportif. Il faut retenir le message fort de Robert Louis-Dreyfus qui, en dépit de cette volonté affirmée de prendre du recul, il n’est pas dans la situation de « larguer » ou sacrifier le club.»

JACK KACHKAR : UNE PRESENTATION PREMATUREE ?

«Lorsque Jack Kachkar, avec l’accord de notre actionnaire, s’est présenté tour à tour aux salariés du club, aux supporters, à la presse et aux élus locaux, les premières garanties souhaitées par Robert Louis-Dreyfus étaient à ce moment-là obtenues. Et je peux vous dire, pour avoir approché Jack Kachkar et lui avoir parlé au quotidien, qu’il était alors très certain de son affaire et quasiment sûr d’arriver à l’achat du club. Entre temps, il s’est passé des événements qui ont pu contrarier son plan initial au niveau financier. Mais, je reste convaincu qu’au moment où Jack Kachkar s’est présenté, il n’y avait pas une sorte de mise en scène de mauvais goût mais des convictions chevillées de la part de Robert Louis-Dreyfus et de Jack Kachkar. Des événements sont intervenus depuis qui ont peut-être gangrenés le processus amenant Jack Kachkar à avoir des difficultés à répondre aux exigences très précises de Robert.»

LA POLITIQUE SPORTIVE

«Gérer, c’est aussi prévoir et, en dépit du processus de vente enclenché et des commentaires qu’il n’a pas manqué de susciter, nous avons travaillé comme nous le faisons toujours avec le maximum de sérieux et d’application dans la manière de reconfigurer l’effectif pour la saison prochaine. Alors ces éléments-là, croyez-moi, ne sont pas de nature à venir contrarier ou contrecarrer notre action.»

L’IMPACT SUR LE GROUPE

«Les joueurs sont pour la plupart avec leur sélection et il n’y avait pas lieu de réunir une partie de l’effectif pour parler de la situation. Le groupe a suivi toutes les étapes et  la situation n’est pas de nature à introduire le poison dans les têtes. Donc, il ne faut pas penser que les joueurs vont subir le contrecoup de ce qui se passe. On veillera de manière très forte à ce qu’il n’en soit pas ainsi. Cela peut certes amener des questions et entraîner des interrogations chez eux mais notre rôle reste celui de tempérer et d’expliquer les choses.»

11:16 | Lien permanent