Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 mars 2007

Salim Arrache : «Un grand honneur»

Invité de l’émission Décrassage sur OMtv, Salim Arrache est revenu sur sa première prestation au Vélodrome, sous le maillot olympien. Dans «le plus beau stade au monde» selon lui.

Salim Arrache a foulé samedi soir pour la première fois la pelouse du stade Vélodrome sous les couleurs olympiennes. Une belle revanche pour le nouveau gaucher de l’OM après des mois de galère. «Cela fait très plaisir de porter le maillot blanc  et de jouer au Vélodrome. C’est un grand honneur», savoure l’ex-strasbourgeois.
«J’étais très content de rentrer 3 minutes. Je suis disponible même pour n’en jouer qu’une. En quelques minutes, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer. On peut avoir une balle pour la mettre au fond ou pour donner un ballon. Je suis rentré et j’ai essayé de tout donner. Je n’ai touché que peu de ballons mais, au fur et à mesure, j’engrange du temps de jeu pour la suite», se réjouit ce pur homme de couloir qui joue de malchance depuis 2005.
Celui qui «aurait aimé jouer avec Zidane», a en effet, enchaîné les blessures. La plus grosse est survenue cet été alors qu’il jouait au foot sur la plage. Verdict : rupture des ligaments croisés. A l’époque, il était encore sous contrat avec Strasbourg : «Je suis venu à chaque fois à Marseille sous d’autres couleurs, mais il est vrai qu’avoir le maillot de l’OM sur les épaules au Vélodrome, c’est vraiment autre chose», s’enthousiasme le minot de la Batarelle, au Nord de Marseille.
Au club depuis janvier, Salim se délecte de chaque jour passé à la Commanderie. Sans pour autant oublier son objectif : retrouver toutes ses qualités. Un véritable travail de Pénélope : «Quand on est blessé 6 mois, on met à peu près 4 mois supplémentaire pour revenir à son meilleur niveau.» Arrache ne veut surtout pas brûler les étapes et reste prudent : «Pour mon premier match à Lyon, j’ai repensé à ma blessure, mais on oublie vite. J’espère qu’il y aura d’autres occasions.»
Tout le monde garde en mémoire son match lumineux avec Strasbourg contre l’OM au Vélodrome en 2004. Les Marseillais s’étaient alors imposés difficilement 2-0. Mais Salim avait brillé, délivrant une multitude de caviars aux attaquants strasbourgeois.
Tablons que l’un des derniers véritables ailiers gauche selon Albert Emon renaisse à Marseille. Histoire de distiller de bons ballons, toujours à Mamadou Niang et à Mickael Pagis. Mais cette fois, sous le maillot phocéen.

 

 

Salim Arrache vous répond

Invité de "Décrassage", Salim Arrache a répondu aux questions des forumistes d'OM.net

Durée : 01'59 - Date : 18/03/07

22:27 | Lien permanent