Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 10 mars 2007

Quand l’OM se rend à Gerland…

Depuis trois ans, les Phocéens chahutent les brillantes statistiques lyonnaises à domicile. Rétro sur des OL-OM où les Marseillais jouent toujours crânement leur chance.

L’Olympique Lyonnais est connu pour être intraitable sur ses terres de Gerland. Son bilan en atteste. Depuis 2003, l’Olympique Lyonnais s’est incliné seulement à 5 reprises sur son terrain. Cette année, les Gones n’ont perdu qu’une fois, contre Bordeaux (1-2) lors de la 21ème journée. Le bilan est tout aussi flatteur sur la scène européenne. La défaite (0-2) contre la Roma mercredi, constituant l’unique revers du club rhodanien en 2006-07.
Comparativement, l’OM a donc plutôt bien mené sa barque dans le Rhône ces trois dernières années. Avec deux victoires, un nul et une défaite, les Phocéens peuvent se targuer d’avoir fait souffrir l’OL sur son terrain. Ils ont, d’ailleurs, ouvert le score à chaque fois dans les 20 premières minutes.

Avril 2004 : Drogba et Meriem font plier l’ogre lyonnais


C’est sous les ordres de José Anigo, aujourd’hui directeur sportif du club, que les Marseillais se déplacent à Lyon en avril 2004. L’OM, brillant en coupe de l’Uefa, occupe la 6e place au classement, en retrait des ténors que sont Monaco leader, et l’OL son dauphin. Pourtant, dès la 5ème minute, c’est Didier Drogba qui fait parler la poudre. «Sylvain N’Diaye récupère la balle dans le rond central. Après un superbe travail côté gauche, il me la donne dans la course. Je n’ai plus qu’à croiser tranquillement mon tir pour tromper Grégory Coupet», commente l’Ivoirien récemment élu meilleur joueur africain de 2006.
Egalisation lyonnaise de Peguy Luyindula. Les troupes massaliotes résistent alors collectivement avec un très grand Fabien Barthez. Et la délivrance vient de Camel Meriem (1-2)

Décembre 2004 : Luyindula retrouve Gerland en ciel et blanc


En décembre 2004 on retrouve Philippe Troussier aux commandes du navire phocéen. Les hommes «du sorcier blanc» foulent la pelouse de Gerland avec déjà 10 points de retard sur le club du Rhône. Côté lyonnais, on retrouve un Juninho des grands jours et un Essien impressionnant. Mais c’est Luyindula, désormais olympien qui ouvre les hostilités pour l’OM. Il profite d’une incroyable remise d’Eric Abidal dans l’axe. La paire marseillaise Pedretti – Costa, recrutée au mercato estival fonctionne à la perfection, mais cela ne suffit pas. Sidney Govou égalise sur un centre en retrait de Sylvain Wiltord. (1-1)

Janvier 2006 : Govou en état de grâce


L’OM version 2005-2006 emmené cette fois par Jean Fernadez se rend dans l’antre lyonnaise, sans Beye, Niang, ni Taïwo, retenus en sélections. Mais avec Mickaël Pagis. 1er match sous ses nouvelles couleurs et 1er geste pagistral, il effectue une remise de la tête toute en vista pour Sabri Lamouchi qui trompe le portier de la capitale de Gaules d’une frappe croisée.
Le champion de France à l’appétit pantagruélique encaisse. Il imprime alors un rythme olympien dans cette rencontre. Et l’OM solide jusqu’ici, avec notamment un Lorik Cana impressionnant à la récupération, va craquer sous les coups de boutoirs rhodaniens. Tiago égalise suite à un centre de Wiltord. Lorsque survient le show Govou : « Fred (Dehu) dévisse son dégagement. La balle revient dans les pieds de Sidney. Il la prend en demi-volée. Le ballon trouve la lucarne de Fabien (Barthez)», commente Habib Beye. «Ce but malheureusement superbe leur donne la victoire». (2-1)

Avril 2006 : Niang à un coup de crampon


Début avril, l’OM recroise le fer avec l’OL en ¼ de finale de la coupe de France. La troupe de Jean Fernandez veut prendre sa revanche après la défaite en championnat. Lyon vient de perdre en Champion’s League contre Milan et veut réaliser le doublé coupe – championnat, à défaut du doublé L1 – C1. Avec un bon Cana à la récupération et un très grand Franck Ribery, dès la 15ème minute, Maoulida à l’affût débloque le tableau d’affichage. Suite à un corner marseillais,  il récupère une chandelle de Beye plein axe. Il trompe Coupet d’une frappe à raz de terre. Fred égalise sur un corner de Juninho. Mais les Marseillais n’abandonnent pas. Ribery déborde Abidal côté droit et centre pour Mamadou Niang. L’attaquant marseillais reprend le ballon du bout du crampon et le cuir meurt dans les filets. (1-2) Qualification phocéenne et coup de tonnerre à Gerland.

Prochain épisode dimanche…

Les 6 succès marseillais à Lyon

Lyon 1-2 OM (11 avril 2006, coupe de France)
Lyon 1-2 OM (3 avril 2004)
Lyon 1-4 OM (21 juillet 1989)
Lyon 0-1 OM (16 février 1975)
Lyon 1-4 OM (25 octobre 1970)
Lyon 2-3 OM (8 décembre 1968)

17:54 | Lien permanent