Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 mars 2007

Diouf :«Emon pas menacé, mais..»

Devant l'urgence et le flou qui entoure la situation de l'Olympique de Marseille tant en Championnat que sur le sujet de la revente, Pape Diouf a pris les devants jeudi et s'est entretenu avec le personnel du club et les groupes de supporters. 

Le président olympien a tenté de rassurer les uns et les autres mais n'a offert aucune garantie. Dans ''L'Equipe'' de vendredi, le boss de l'OM se veut réaliste mais aussi optimiste.«Il est clair que, au vu des objectifs qui étaient les nôtres en début de saison, c'est-à-dire une qualification pour la Ligue des champions, notre récent parcours n'autorise pas à penser que nous y parviendrons très facilement, constate Diouf. Mais nous vivons un Championnat nivelé. Une série, positive ou négative, peut tout changer. Et je suis convaincu que nous mettrons tout en oeuvre, dès dimanche à Lyon, pour redresser la barre, et peut-être coiffer nos principaux rivaux sur le poteau

La mauvaise série en Championnat (six journées sans victoire dont quatre défaites) a fragilisé l'entraîneur Albert Emon. A son propos, Pape Diouf ne se veut qu'à moitié rassurant. «Il ne faut jamais affirmer qu'un entraîneur dispose d'une rente de situation. La confiance que nous avons mise en Albert Émon est intacte. (...) Aujourd'hui, Albert Émon est à son poste, il n'est pas menacé, mais dans les semaines à venir je ne sais pas du tout ce qui peut arriver" dit-il avant d'ajouter : «Je ne vais pas dire aujourd'hui qu'Émon va finir la saison si demain le contexte devient tel qu'il convient de changer les choses. Parce qu'on me reprocherait d'avoir dit une chose et d'avoir fait le contraire

Pape Diouf entend également défendre Djibril Cissé, sifflé lors de son remplacement le week-end dernier contre Lens (0-1). «Je pense que les sifflets à son encontre sont injustes, de même que les commentaires acerbes.» Sur la revente du club à Jack Kachkar, là aussi il entretient l'ambiguité. Pour lui, Robert Louis-Dreyfus pourrait se résigner à ne pas vendre si toutes les garanties n'étaient pas apportées. «Il souhaite que l'acheteur de l'OM soit solvable et il s'assure que cet acheteur assure la pérennité du club, c'est-à-dire qu'il aille de l'avant. Et je sais que si ces exigences ne sont pas satisfaites, RLD est en mesure de faire en sorte que la vente ne soit pas effectuée.» Mais il tient à préciser : «Je ne suis pas inquiet».

12:40 | Lien permanent