Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 24 février 2007

P. Diouf : "Tout le monde doit faire un examen de conscience"

Interrogé dans le "Direct d'après-match" d'OMtv, le président de l’Olympique de Marseille semblait remonté après la défaite phocéenne en terre toulousaine.

 
Quel est votre sentiment après cette rencontre à Toulouse ?
Il faut dire les choses comme elles sont, c’est une défaite honteuse. Nous l’avons subie presque en silence. L’équipe n’a jamais joué ensemble. Les joueurs n’ont jamais pu faire valoir leurs arguments techniques. C’est une équipe fantôme que nous avons présenté face à Toulouse qui a joué avec ses tripes et ses qualités. A Toulouse, chacun a pleinement joué son rôle, ce qui n’est pas le cas chez nous. Il est très difficile de trouver des points positifs après une telle soirée. Le moment est venu pour tout le monde de faire un examen de conscience. Cela est vrai pour les dirigeants, pour le staff et pour les joueurs. Nous ne pouvons pas laisser les choses en l’état. L’argument mathématique nous autorise encore à penser que les objectifs peuvent être atteints mais cette équipe-là ne nous permet pas de nous nourrir d’illusion. Il faut voir la réalité en face et prendre toutes les décisions nécessaires pour changer le cours des choses.

La semaine prochaine va être chargée avec Vannes en coupe de France et Lens en L1…
Le match de Vannes est un rendez-vous très proche, ensuite, ce sera Lens au stade Vélodrome. Ce sont deux rencontres que nous devons impérativement gagner. Nous n’avons aucune marge d’erreur possible. Quand on voit nos nombreux supporters présents encore ce soir, avec beaucoup d’enthousiasme et de croyance, repartir la tête basse, nous avons une responsabilité qui doit nous conduire à un changement radical du comportement de l’équipe.
Il n’est pas normal que cette équipe, composée de joueurs que l’on nous envie, ne soit pas en mesure de battre Nantes. Et, être battu à plate couture à Toulouse nous amène à nous poser des questions.

21:03 | Lien permanent