Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 février 2007

"Caché dans une estafette !"

Basile Boli, éternel buteur de la finale de la Ligue des Champions, s'est livré dans une interview dans le cadre de notre rubrique "une figure en lumière" : L'OM est dans son coeur...
 
 
 
 
 
medium_boli.jpgBasile, de vos saisons à l'OM, s'il y a un souvenir ou une anecdote insolite à retenir...

Basile Boli : "Il y en a tellement ! La plus marrante est que lorsque j'ai signé à l'OM, j'ai été obligé de me cacher dans une estafette pour aller à l'aéroport parce que les supporters étaient contre ma venue !"

J'allais vous poser la question dans le sens inverse, quelle serait celle que vous aimeriez pouvoir oublier mais je suppose que c'est la même ?!

B.B. : "Oui, voila, c'est la même !"

Vous n'étiez pas vraiment apprécié des supporters marseillais à votre arrivée à l'OM, cela vous a beaucoup touché ?

B.B. : "Non, c'était un challenge pour moi..."

Finalement, vous vous êtes très vite imposé, quelle a été votre clé pour réussir à l'OM ?


B.B. : "C'est ce que j'ai de mieux et que j'ai toujours dans ma vie : la gagne ! La niack !"

Vous avez symbolisé la défaite à Bari avec vos larmes puis la victoire contre le Milan avec votre but et votre joie après, vous ressentez toujours les mêmes émotions quand vous y repensez maintenant ?

B.B. : "C'est fini ! Quand on est dedans, il faut le vivre à fond, à 120%. Mais quand on part, c'est fini."

Quels étaient vos rapports avec vos compères de défense, les Casoni, Mozer, Desailly, Angloma, Amoros, Di Meco... ?


B.B. : "J'ai été heureux de vivre avec Casoni et Carlos... C'était fantastique."

Que vous ont apporté Guy Roux à Auxerre et Bernard Tapie à l'OM ?


B.B. : "Ah, ça n'a rien à voir ! Ils sont à peu près pareil sauf que Guy Roux est plus... paysan que Tapie ! Avec Tapie, je me souviens que je devais sortir le jour de la finale et il avait insisté pour que je reste ! Avec Guy Roux, c'est le souvenir de la mobylette !"

Votre départ de l'OM n'a-t-il pas symbolisé une cassure dans votre carrière ?


B.B. : "Peut-être que oui, mais je ne regarde pas tout ça, je ne sais pas si j'ai bien fait ou mal fait de partir. Non, vous savez, mon trip c'est de toujours marcher quand je le sens, comme je le sens. Ce n'est jamais à contre-coeur."

Que représente pour vous les supporters marseillais ?


B.B. : "C'est une partie de ma vie. J'avais un rapport très émouvant avec eux. Ils m'aimaient beaucoup... Je me souviens quand Dépé est parti... Ces supporters ont vraiment beaucoup donné pour le club."

Qui était le plus chambreur à l'OM, Papin nous a dit que c'était lui avec Casoni, vous confirmez ?


B.B. : "Ah, Caso était vraiment un gros chambreur ! Moi, je n'étais pas forcément en retrait non plus !"

Avec qui vous vous entendiez le mieux ?


B.B. : "Je m'entendais bien avec Abédi Pelé, Chris Waddle."

Le match le plus marquant pour vous, c'était cet OM-PSG avec votre tête incroyable ?


B.B. : "Non, c'est OM-Milan, au Vélodrome, avec le but de Waddle. C'était vraiment un pallier qu'on avait franchi."

Un petit mot sur l'équipe actuelle de l'OM ?


B.B. : "Je vais parler comme les supporters. Ca me fait "chier" qu'ils soient toujours en yoyo. Je plains les supporters ! C'est énervant... Souvent je me dis que je vais me mettre devant la télé et que je vais me régaler mais ils se prennent toujours des buts..."

Que pensez-vous de la défense olympienne, notamment Zubar mais aussi Rodriguez qui est arrivé au mercato ?


B.B. : "Zubar, je ne le connais pas. Julien je le connais un peu. Il a une vraie culture défensive. Ce n'est pas qu'il soit rapide. Il est calme. Cela se sent."

Vous avez en tête un jour de revenir à l'OM ?

B.B. : "Peut-être ! Mais ils ne veulent pas ! Cela ne les arrange pas du tout. Le club est entouré de deux/trois hommes qui sont influents et qui ont leurs intérêts ancrés dedans. Ce n'est pas bien. Ca fait bien de faire venir Basile Boli, ou Papin, ou Casoni, ou Amoros, quand il y a un grand match, pour parler de l'OM... On pourrait apporter beaucoup au club, mais cela ne les arrange pas du tout."

Vous avez un message à passer aux visiteurs de notre site LePhoceen.fr ?

B.B. : "L'OM c'est le club de mon coeur. Quoiqu'il fasse, qu'il monte, qu'il descende, il restera ancré dans ma vie. Comme la ville de Marseille d'ailleurs. J'aime tout ce qui sent Marseille !"

Merci beaucoup Basile d'avoir pris le temps de répondre à nos questions. Nous vous souhaitons une bonne continuation !

 
 
 
 

22:25 | Lien permanent