Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 février 2007

José Anigo : «Gagner, et non battre spécialement Paris»

A 24h d’OM-PSG, José Anigo a confié son sentiment sur le « classico » du championnat de France au micro d’OMtv.

A 24h d’OM-PSG, comment se sent le Directeur sportif de l’OM ?
Tendu parce qu’on sait que c’est un enjeu important pour Paris, mais surtout pour nous. Le championnat de Paris ne nous intéresse pas. Le nombre de points qu’ils ont, leur parcours… chacun à ses problèmes. Ils ne sont pas dans une situation confortable. Mais nous ce qui nous importe c’est de prendre ces trois points. Que ce soit Paris ou une autre équipe la seule chose qui compte c’est de l’emporter pour rester dans notre course à la Champions League. Le seul objectif demain c’est gagner, et non de battre spécialement Paris. La gagne doit être le point principal.

Depuis plusieurs rencontres, l’OM a mis fin à sa mauvaise série contre le PSG…
On a cassé le rythme parisien l’an dernier en nous imposant sur un but de Lorik Cana, ce qui était symbolique. Et puis ensuite on est allé faire le 0-0 avec l’équipe des Minots avant de nous imposer en septembre au Parc. Donc on a remis les choses à l’endroit, car c’était anormal de perdre six ou sept fois de rang contre Paris. Les choses sont redevenues normales.

Quel message pouvez-vous adresser aux supporters marseillais ?
Le message ? Etre de vrais supporters, des gens responsables. Et bien-sûr d’être derrière nous de la première à la dernière minute. C’est aussi grâce à eux que nous avons réussi à renverser le match de Lyon. Je ne le dis pas pour faire plaisir à qui que ce soit. Je le pense vraiment. Les supporters que nous avons aujourd’hui sont concernés au même titre que nous par la réussite du club. Et il faut donc que ces supporters nous poussent encore plus, qu’ils continuent de faire ce qu’ils font depuis de nombreuses années. On a besoin d’eux et c’est grâce à eux que nous y arriverons.

08:40 | Lien permanent