Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 janvier 2007

S. Nasri : "On a retrouvé un OM conquérant"

A l’image de son équipe, Samir Nasri réalise un début d’année 2007 de haute volée. «On a retrouvé un OM conquérant», déclare le milieu de terrain, qui estime avoir franchi un palier depuis Dubaï et sa discussion avec Albert Emon.

Comment avez-vous vécu ce match à huis clos ?
C’était bizarre… En arrivant au stade, cela n’avait pas le parfum d’un match de Ligue 1, cela ressemblait plus à l’entraînement que l’on avait effectué la veille du match. C’est étrange de ne pas être poussé par notre public.

A 2-1, contre Auxerre, l’équipe a reculé. Comment l’expliquez-vous ?
On ne maîtrise pas tous les paramètres. Auxerre nous a posé des problèmes au milieu de terrain, ils étaient bien organisés. Le huis clos et les conditions atmosphériques ont rendu ce match très difficile. L’essentiel était de prendre les trois points.

Après cette victoire, l’OM se retrouve deuxième…
C’est une bonne surprise. Cela montre que tout peut aller très vite dans le football. On a fait un bon mercato. On s’est renforcé en défense avec l’arrivée de Julien Rodriguez. Il y a également le retour en forme de Djibril Cissé et Franck Ribéry. Ce sont des plus pour nous.

Vous êtes aujourd’hui deuxièmes. La balle est dans votre camp désormais pour la qualification à la Ligue des Champions…
Il vaut mieux être deuxième plutôt que courir après nos adversaires. A nous de mettre tous les atouts de notre côté pour rester là où nous sommes. On a un groupe de qualité avec un véritable état d’esprit. On a également une solidarité défensive sur laquelle on peut s’appuyer. Et offensivement, on a de sérieux atouts. En ce début d’année 2007, on a retrouvé un OM conquérant. On peut marquer à tout moment mais il ne faut pas trop se reposer là-dessus. Défensivement, on est costaud, l’arrivée de Julien Rodriguez y est pour beaucoup.

Selon vous, Lyon peut-il être rejoint ?
14 points, c’est beaucoup… Ils sont dans une phase descendante. A nous d’en profiter pour le match de Coupe de France de la semaine prochaine. Je ne pense pas que l’on puisse revenir sur eux en championnat. Mais ce n’est pas pour ça qu’il ne faut pas rester optimiste.

Y’a-t-il des signes qui vous permettent de dire que le groupe ne va pas connaître une mauvaise passe ?
On a connu un certain relâchement cet automne, et il vaut mieux d’ailleurs le vivre au début qu’à la fin du parcours. Maintenant, on sait où on a pêché. On ne fera pas deux fois les mêmes erreurs. On s’est vu trop beau et on tombé de très haut. On a eu de la chance car nos adversaires ne nous ont pas distancés. Désormais, on a comblé le retard et on se doit de rester à cette place.

Sur un plan personnel, vous jouez plus haut depuis le tournoi de Dubaï…
J’ai eu un entretien avec Albert Emon à la trêve. Il m’a dit que je n’étais pas assez proche des buts. A Dubaï, j’ai essayé de m’en approcher et depuis je me procure deux ou trois occasions par match. Depuis Dubaï, j’ai franchi un palier sur le plan offensif.

ALBERT EMON : "Une valeur offensive au-dessus de la moyenne"
"Depuis Dubaï, Samir Nasri a pris conscience qu'il avait une valeur offensive au-dessus de la moyenne. Dans la difficulté, il sait bien se placer, bien revenir et travailler pour l'équipe. Il doit encore peaufiner cette intelligence de jeu : quand on attaque, il doit attaquer et quand on défend, il doit se mettre dans la tête qu'il peut être un bon milieu à vocation défensive."

18:56 | Lien permanent