Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 24 janvier 2007

Réactions d'après-match

Le coach auxerrois Jean Fernandez a répondu aux questions de Foot+ après la rencontre. Louis Acariès, présent ce soir, Mamadou Niang et Albert Emon ont également réagi sur OMTV.

Jean Fernandez : "Je pense qu'on a fait quelques erreurs individuelles notamment sur le premier et le deuxième but qui nous ont mis en difficulté. Je crois qu'après le premier but, on est bien rentré, on a eu quelques situations intéressantes, on a égalise. On a eu la maîtrise du jeu pendant un moment. Mais on a pris ce deuxième but. On sait que Cissé va vite, on s'est fait prendre dans le dos, on se fait pièger. Après, les conditions sont difficiles, Marseille a un réel potentiel sur le plan offensif. C'est une équipe bien organisée. A huis clos, c'est un match difficile pour les deux équipes avec aussi les conditions de vent. Cela ne restera pas un bon souvenir."

Louis Acariès : "Ce soir je suis venu car c'est symbolique. Il y a 40 000 supporters extraordinaires comme à Marseille, quand il n'y en a pas, il faut essayer d'être là. Pas pour les remplacer mais pour les soutenir. Cela fait deux ans que j'étais descendu à Marseille, le staff est toujours en place, cela me fait très plaisir. C'est une certaine satisfaction. Le consensus à bien marché. maintenant il faudrait une place en Ligue des champions et gagner quelque chose cette année !"

Mamadou Niang : "Jouer dans des conditions comme ça, c'est grave ! Ce n'était pas facile, il faisait froid, peu de personnes dans le stade. Mais on a su trouver les ressources necessaires pour s'imposer (...) Mon cas personnel passe après. Je continue à travailler. Ce n'est pas évident d'être sur le banc puis de rentrer mais tant qu'il y a la victoire au bout, il faut être content d'appartenir à ce groupe. Si on joue tant mieux, si on joue pas, quand on rentre il faut donner le maximum de soi."

Albert Emon : "Ce n'est pas facile du tout, pour nous sur le banc et pour les joueurs sur le terrain. Il a fallu beaucoup de motivation et de concentration. par moments, face à cette équipe de qualité, on a souffert. On a été très réalistes et efficaces. Il faut encore 17 matchs comme celui là car c'est notre objectif et il ne faut rien lâcher."

20:12 | Lien permanent