Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 janvier 2007

entretien exclusif avec Pape Diouf

Dossier spécial sur l'offre de rachat de l'OM, avec l'entretien exclusif que nous a accordé Pape Diouf après sa rencontre mardi soir avec Jack Kachkar.

Pape, vous avez rencontré Jack Kachkar, quelle est votre première impression ?
Une impression positive. Ses propos sont dans le droit fil de ceux de Robert Louis-Dreyfus, à savoir que cette vente qu’il a suscitée partait du sentiment qu’il faudrait une très grande équipe à Marseille. Son projet est d’installer l’équipe dans les premières places du championnat et ensuite de faire en sorte que l’OM soit présent de manière très régulière sur le front européen.
Pour ce qui me concerne, il a commencé par me demander de rester avec lui et de continuer ma tâche à la tête du club. J’ai accepté évidemment en lui demandant à mon tour de prendre en compte qu’il y a une équipe autour de moi. Et que celle-ci a jusque là fait preuve de compétence et de professionnalisme. Il a souscrit à tout cela.
Il faut évidemment maintenant que le processus de vente qui est engagé arrive à son terme. Cela concerne davantage les hommes de loi de Robert et les siens.

Quelles sont ses intentions sur l’organisation du club ?
Il ne souhaite pas provoquer d’instabilité dans le club. Il veut qu’il puisse continuer à fonctionner comme il le fait aujourd’hui. Il y aura évidemment une, deux ou peut-être trois personnes qui viendront renforcer l’équipe d’une manière ou d’une autre. Mais même sur ce plan-là, il souhaite vivement qu’il y ait une osmose entre ceux qui sont en place et ceux qui pourraient venir. Car il m’a également fait part de l’idée qui l’a fait venir à Marseille. Ce n’est pas par hasard. Il avait la possibilité de faire West Ham, de faire Aston Villa, avant. Mais Marseille est une ville qu’il connaît et qui l’attire. Il venait en vacances dans les environs. Et il est vrai que la marque OM n’a pas beaucoup d’équivalent en Europe.

A-t-il déjà pris un engagement vis-à-vis de Sven Goran Eriksson pour la saison prochaine ?
Absolument pas. Jack Kachkar a été très clair sur ce point. Pour lui, il n’a jamais été question de quoi que ce soit avec Eriksson. Lui-même il ne peut pas avoir apprécié la démarche qui fut la sienne lorsque nous étions en tournée à Dubaï. Ce n’est pas du tout l’homme qu’il souhaite emmener avec lui à Marseille.

Va-t-il se rendre prochainement au club ?
C’est son vœu. Il m’a demandé de lui organiser ça. Sa visite est programmée. Je vais m’en occuper avec les principaux intéressés.

Allez-vous vous rencontrer de nouveau très prochainement ?
Oui, nous devons nous rencontrer sans doute avant la fin de la semaine afin d’approfondir les sujets que nous avons évoqués aujourd’hui. Parallèlement à ce processus de vente qui doit aussi aboutir.

Vous a-t-il dit s’il allait être accompagné par d’autres investisseurs ?
C’est une idée. Il pense pouvoir venir au club avec des investisseurs importants de manière à ce que le club puisse bénéficier d’un apport conséquent lui permettant de s’installer durablement en haut du classement et donc sur la scène européenne. Oui, c’est un sujet que nous avons évoqué.

Quelles sont les motivations qui l’ont poussé à faire cette offre de rachat ?
C’est tout d’abord un homme d’affaires qui a la conviction qu’il pourrait rentabiliser l’entreprise OM. Par ailleurs, il y a aussi des éléments sentimentaux qui entrent en ligne de compte. La proximité qu’il se veut avec Marseille. Il est souvent venu en Provence. D’ailleurs un de ses bras droits a même vécu à Carry-le-Rouet, même s’il n’est pas français d’origine.
Il y a donc cette idée de réussir à Marseille quelque chose. Et le charme que la ville et la région exerce sur lui.

08:00 | Lien permanent