Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 décembre 2006

L'OM racheté 300 millions d'euros ?

Le nom du Russe Blavatnik circule depuis un mois. Un investisseur franco-canadien s'est mis lui aussi sur les rangs.

Une victoire tout à l'heure, à Nancy, relancerait complètement l'OM dans la course à la Ligue des champions, une compétition que le club n'a plus disputé depuis 2003. A ce jour, il s'agit de sa dernière qualification directe pour une coupe européenne (Cl, C3) sans passer par la case Intertoto. Si l'OM devait y parvenir au terme du présent exercice, Robert Louis-Dreyfus en sera-t-il encore l'actionnaire principal au commencement de cette nouvelle campagne continentale ?

Toutes les hypothèses seraient à prendre en compte à l'heure actuelle. Depuis quelque temps déjà, le possible départ de RLD circule avec de plus en plus d'insistance et de fréquence. Une annonce officielle de l'homme d'affaires, arrivé à l'OM voici dix ans tout juste, serait même programmée dans moins d'une semaine, en marge du match contre Saint-Etienne, vendredi prochain au stade Vélodrome... Est-ce bien sérieux ? Non, s'il faut en croire l'entourage de l' actionnaire.

Les conditions de RLD

Dans l'hypothèse d'un départ, RLD aurait en tous les cas fixé les règles du jeu : s'il était amené à quitter les commandes, il s'y emploierait à la condition de laisser les clés à un repreneur susceptible non seulement de racheter le club à hauteur de 80 M €, mais aussi d'y investir pas moins de 100 M € supplémentaires.

Le nom de Léonard Blavatnik, magnat du pétrole en Russie, a d'abord été évoqué. Cela serait tout sauf incongru quand on connaît ses liens avec RLD, les deux hommes s'étant notamment associés au moment de la vente de la société de marketing et droits sportifs "SportFive" finalement acquise par le groupe Lagardère.
Il semblerait néanmoins qu'une telle perspective ne recueille pas l'assentiment général auprès des instances en France où les méthodes de gestion propres à certains investisseurs russes seraient jugées suspectes. Ce qui ne signifierait pas que ces considérations-là ferment définitivement la porte à la carte russe à l'OM.

Une proposition de 300 M d'euros

Il reste qu'une nouvelle candidature retient l'attention actuellement et celle-ci émanerait d'un investisseur franco-canadien. Ce dernier serait prêt à mettre pas moins de 300 M € sur la table, soit un tiers de plus que le montant souhaité par Robert Louis-Dreyfus.

L'homme serait ne personnalité particulièrement reconnue en Angleterre.
En saura-t-on davantage dans les heures à venir ? S'agit-il du mécène attendu ? Et RLD, envisage-t-il vraiment de céder le club ? Le flou demeure et certains "bruits", pour reprendre le propos d'une personne au fait du mode de gestion olympien, ne sont pas faits pour clarifier la situation.

Il semblerait ainsi que Robert Louis-Dreyfus ait l'intention de nommer un second cabinet de commissaires aux comptes. Maintenant, le fait que Jean Ayel, le commissaire aux comptes actuel, soit en place pour une année encore pourrait venir infirmer cette éventualité. Mais rien n'empêcherait l'actionnaire principal de s'attacher leurs services parallèlement. L'un d'eux se consacrerait-il à réaliser l'audit du club, première marche vers une vente effective ?

12:47 | Lien permanent | Tags : Ligue 1