Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 novembre 2006

Modeste M’Bami : «Faire un match référence à Sochaux»

Le milieu de terrain camerounais de l’OM revient sur le match nul à Troyes et sur la remise en question à la mi-temps qui «a fait du bien» selon lui. Il attend désormais «un match référence» dimanche à Sochaux.

Modeste, vous paraissez de mieux en mieux depuis quelques semaines, est-ce que vous le ressentez sur le terrain ?
Quand je suis arrivé, il a fallu que j’ai quelques matches dans les jambes. Aujourd’hui, je me sens bien, je suis mieux physiquement et c’est très important pour un milieu défensif dans un poste où il faut toujours cavaler. Je suis venu ici car le club m’a fait confiance et je travaille tous les jours pour rendre cette confiance au club.

La séance d’entraînement ce mardi a été énergique...
L’entraîneur a vu des lacunes dans son groupe et il nous fait travailler les duels et l’agressivité. Aujourd’hui, nous avons du mal à gagner nos matches et dans ce cas-là, n’importe quelle équipe se pose des questions. Nous avons besoin d’un match qui nous permette de nous remettre réellement en confiance. Pas sur le plan individuel mais qu’on sente que, collectivement, on a eu l’emprise sur la rencontre.

Quel bilan tirez-vous du match de dimanche dernier à Troyes (1-1) ?
C’est un match que nous avons mal entamé mais nous avons su revenir en deuxième mi-temps avec d’autres valeurs et ça ressemblait tout de suite à autre chose. A nous de garder cela, c’est facile à dire mais il faudra aller à Sochaux avec ces armes-là, cette envie et ce mouvement dans le jeu. Dans ce cas, on pourra ramener quelque chose.

Quel impact a eu l’intervention d’Albert Emon à la mi-temps ?
Ca nous a fait du bien. Tout le monde a été unanime pour le dire et ça ne m’a pas dérangé. Je n’avais jamais vu l’entraîneur comme ça depuis que je suis arrivé ici. On a ensuite vu une autre équipe sur le terrain et cela montre que l’on a ces ressources. Ca a boosté tout le monde.

Comment expliquez-vous ces deux visages affichés par l’OM ?

J’ai déjà connu ça quand j’évoluais au Paris-Saint-Germain. Dans ces équipes très exposées, une série de victoire suffit pour que l’on commence à se voir trop beau. C’est naturel dans des clubs comme ça. On se retrouve dans un certain confort et on commence à lâcher. Et, pour s’en sortir, il n’y a que le travail. Encore plus ici à Marseille car tous les week-end, l’équipe est attendue par les adversaires qui préparent ce match depuis des semaines. C'était le cas quand je jouais à Sedan et c’était à chaque fois un combat.

S’agissait-il de suffisance ?
Ce n’est pas de la suffisance mais de mauvaises habitudes que l’on prend sans le savoir. Dans ces cas-là, on se dit que rien ne peut nous arriver mais les équipes en face cavalent encore plus. Désormais, la balle est dans notre camp et je sais qu’on travaille assez dur pour s’en sortir. Il faudra faire un match référence dimanche à Sochaux. Aujourd’hui, je ne doute pas et je crois que mes coéquipiers ne doutent pas non plus.

Dimanche, le deuxième déplacement consécutif se fera chez de redoutables sochaliens…
Ce sera un bon test pour nous. On pourra se jauger pour la suite. Surtout, qu’en cas de victoire, on pourrait leur passer devant au classement. C’est une équipe qui vise une place en Ligue des Champions comme nous. Ils sont bien placés et ce ne sera pas une tâche facile. Sochaux possède un bon collectif et il s’appuie là-dessus depuis le début de la saison. Leur jeu est bien huilé et ils sont surtout en pleine confiance actuellement.

08:22 | Lien permanent | Tags : om