Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 novembre 2006

S. Nasri : "Je garde les pieds sur terre"

Invité de «Décrassage» sur OMtv, Samir Nasri est revenu sur la prestation olympienne à Troyes. Il évoque aussi l’équipe de France et la notoriété que lui apporte l’OM.

TROYES
On est tombé sur une équipe de Troyes très entreprenante en première période. Ils ont baissé le pied en seconde mi-temps et nous avons eu un sursaut d’orgueil. C’est dommage de n’avoir eu cette réaction qu’en seconde période, l’idéal aurait été de l’avoir dès le début du match. On aurait pu prétendre à ramener les trois points.
L’équipe de Troyes a pressé très haut, les attaquants se trouvaient bien, on a fait quelques erreurs et Troyes s’est procuré des occasions.


LA PREMIERE PERIODE

On était bien durant les cinq premières minutes. Ensuite Troyes a pressé et on a commis des erreurs grossières au milieu de terrain. On a perdu des duels et on sait que quand on ne gagne pas les duels, on ne peut pas faire grand-chose. Troyes a gagné la bataille du milieu et cela lui a donné un avantage dans le jeu.

LA SECONDE PERIODE
On aurait pu l’emporter en deuxième mi-temps. Je suis content pour Toifilou (Maoulida) car il a marqué et cela va le mettre en confiance. On va pouvoir compter sur beaucoup de joueurs. C’est important car il y a des blessés, des suspendus, c’est bien de retrouver Toifilou à ce moment là, il va nous faire du bien à Sochaux.

L’EXPULSION DE M. PAGIS
Il a pris beaucoup de coups. C’est un carton rouge sévère. Après le match, j’en ai parlé avec le Blaise Matuidi (milieu de terrain de Troyes, ndlr) et il m’a dit que cela ne méritait pas un carton rouge. Je comprends que Mika (Pagis) soit énervé.

SUR UN PLAN PERSONNEL
Je me suis bien senti. Le premier ballon conditionne le match et là, cela s’est bien passé. J’ai eu l’occasion de faire un bon match mais il manque toujours la finition. C’est un problème récurrent. J’aurais pu mieux faire sur certaines actions, sur certaines passes qui auraient pu être décisives. Je n’ai pas eu cette chance. Je commence à prendre confiance. J’ai la confiance du coach et des mes partenaires. Sur le terrain, je me sens mieux.

UN POINT CHACUN
On aurait pu l’emporter en fin de match mais on aurait pu perdre en première période car David Gigliotti a touché le poteau. Ce match nul ne nous arrange pas vraiment mais vu le match, c’est logique. Il y a beaucoup d’équipes qui se tiennent en trois ou quatre points. Il sera important pour nous de faire un bon résultat à Sochaux.

L’EQUIPE DE FRANCE
On y pense car c’est l’objectif de tout footballeur. Raymond Domenech fait confiance aux jeunes, il a pris Karim Benzema et Gonzalo Higuain. C’est bien qu’il prenne des jeunes. A nous d’être performant et régulier pour prétendre à l’équipe de France. En ce moment, je n’y pense pas vraiment car il y a un groupe de qualité en équipe de France.
J’en ai parlé avec Karim Benzema, il était surpris d’être en sélection. Il n’est pas encore un titulaire indiscutable avec Lyon et pourtant il est appelé chez les Bleus, c’est ce qui l’a étonné. J’espère qu’il y retournera quand il sera rétabli.
C’est important d’être en haut du classement et de disputer la Ligue des Champions parce que c’est ce qui se rapproche du niveau international. Marseille est exposé médiatiquement et si on joue le haut de tableau et la Ligue des Champions, on est plus suivi par la DTN et le sélectionneur.

L’ABSENCE DE FRANCK RIBERY
Avec Franck, on est complémentaire. Compte tenu de son absence, j’ai plus de responsabilités sur le plan offensif. Cela me permet aussi de montrer mes qualités. Mais aux cotés de Franck, je suis tout aussi bon car on se complète et on s’entend très bien. Aujourd'hui je n’ai pas plus de pression car on forme, avant tout, un groupe et de ce groupe, ressortent des individualités. Pas le contraire…

LA NOTORIETE
Je reste avec mes proches, je garde les pieds sur terre. J’essaie de faire abstraction de tout cela. Je sais d’où je viens, je reste avec mes amis d’enfance. Je joue à Marseille, je suis en haut de l’affiche mais si demain je ne fais plus rien, cette notoriété disparaîtra. Je suis abordé par quelques fans dans la rue pour signer des autographes. Je réponds avec courtoisie. Cela me fait très plaisir.

20:23 | Lien permanent | Tags : om